Pièce Chorégraphique de Mickaël Phelippeau – Collaboration : Marcela Santander.

Interprétation : Ensemble a cappella Voix Humaines.

Chorus est issu d’une rencontre entre Mickaël Phelippeau, chorégraphe, et Voix Humaines. Pièce co-produite par la scène nationale du Quartz, elle a tourné de 2012 à 2016 en France et en Europe.

 

Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre
Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre
Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre
Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre
Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre
Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre
DSC_4204-ptite
DSC_4658-petite
DSC_4220 petite
Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre
Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre
Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre
Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre
Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre
Chorus - photo : Julie Lefèvre
Chorus – photo : Julie Lefèvre

 

« N’ayons pas peur des mots, Chorus est un chef-d’œuvre pour les yeux et les oreilles. Sensible, intelligent, le spectacle assouvit notre faim cosmique, comble notre manque de beauté, sans jamais oublier d’être humain. Nous voilà séparés de la réalité brute des choses, celle d’hier et d’aujourd’hui. On le sait, le chorégraphe Mickaël Phelippeau, artiste associé au Quartz, inscrit son travail dans la rencontre. Il réunit ici les choristes de l’ensemble a capella Voix Humaines. Amoureux de la musique jusqu’au bout des notes à qui il demande aussi de danser le chant.

Sur l’air de Nicht so traurig, Nicht so sehr de la cantate BWV 384 de Bach, ils évoluent en infinies variations, de tableau en tableau où l’on se plaît à reconnaître des métaphores de notre patrimoine visuel, allant même jusqu’à chanter en silence. Ils font chœur et corps, baignés d’une lumière savante. Apparitions, disparitions, humour aussi, jusqu’ à l’écroulement…

Si l’on en croit Kant, « le sublime touche, le beau charme ». On opte pour le premier. »
Ouest France

« Se basant sur le morceau de Bach, Nicht so traurigNicht so sehr, chanté et mis en espace de multiples façons, de la plus légère à la plus grave, cette opération à chœur ouvert, aussi minutieuse qu’ingénieuse, passe comme un souffle et enchante comme un rêve. »
Les Inrockuptibles